Esprit Campagne, un peu à l'ouest

mercredi 27 avril 2016

Paisible

Se réveiller, un 27 avril, et ouvrir ses volets sur un jardin tout blanc, c'est un peu déprimant. Le retour du beau temps se fait attendre, alors cet aprés-midi, pas question d'affronter un petit vent du nord frisquet, le soleil, on le prend derrière les vitres. Pas un bruit dans la maison, juste le passage des heures douces, et je regarde dormir les chiens auprés de moi, rien de plus apaisant, et j'espère l'arrivée du véritable printemps...

chiens

chiens-a

chiens-b

Posté par Emma_MA à 16:38 - Commentaires [7] - Permalien [#]


dimanche 17 avril 2016

Les livres, Tony Parsons, Camille Laurens et Olivier Adam

512vFkuHZ8L

 

 

Annoncé comme le meilleur thriller anglais de l'année, c'est effectivement un bon polar mais le meilleur je ne sais pas. Le livre s'ouvre sur une scène très violente, une jeune fille qui cherche à échapper à plusieurs jeunes hommes, en vain. Puis des années plus tard, le meurtre atroce d'un banquier, puis d'un autre homme, SDF, dans les mêmes conditions font penser à la police qu'ils sont en présence d'un serial killer. L'inspecteur Wolfe, papa d'une petite fille, va être chargé de l'enquête qui va le mener de l'univers des collèges privés anglais à la Chambre des Lords. C'est un bon roman policier, certes, mais j'ai regretté que la psychologie du personnage principal prenne le pas sur l'histoire policière. La fin est somme toute assez prévisible malgré les différentes pistes que l'auteur veut nous faire prendre.

 

 

 

41mvPeOjw7L

Dans ce roman, Camille Laurens part du postulat qu'il existe pour les femmes une frontière, entre 49 et 50 ans, au-delà de laquelle elles deviennent invisibles, et au yeux de la société doivent renoncer à leur féminité, au désir de plaire, au désir tout court. Autant un homme qui, à la cinquantaine refait sa vie avec une femme plus jeune, a un enfant, on trouve ça plutôt bien et signe de virilité, de dynamisme et de vigueur, autant pour une femme, la cinquantaine est signe de renoncement à la volonté de séduire, elle devient transparente pour la société, pour les hommes.

Claire, 48 ans, universitaire reconnue, divorcée, doute de la fidélité de son amant. Pour en avoir le coeur net, elle crée un faux profil FB pour le surveiller en douce. Finalement, parmi les amis de son amant, elle va être attiré par Chris, un photographe, genre artiste maudit. Pour lui plaire, elle sait qu'une blonde de 48 ans, c'est pas vendeur. Pour ce faire, elle va donc se créer un faux profil, Claire, 24 ans, jolie brune. Son plan fonctionne à merveille, mais elle se retrouve prise au piège lorsqu'il est temps de passer à la vraie rencontre.

Jusque là tout va bien, l'histoire est plutôt sympa. Mais j'ai plus de réticences sur la forme qu'a choisi Camille Laurens pour son roman. Au gré des chapitres, on devine un dialogue entre Claire et son psychiatre, on devine qu'elle a été internée, plusieurs versions de la même histoire, dont on ne sait pas trop par qui elles sont écrites ni qu'elle est la bonne. Bref, on est perdu dans un style labyrinthique, c'est un peu dommage. 

 

 

5148nGQieUL

 

Un nouveau roman d'Olivier Adam, c'est à chaque fois, un véritable moment de bonheur, c'est l'un de mes écrivains français préféré.

Celui-ci ne déroge pas à la règle, je l'ai lu d'une traite. Antoine, qui a rompu tous liens avec sa famille, apprend un jour la mort d'un homme politique, ce même homme qui avait été au coeur d'un scandale, mi corruption-mi affaire de moeurs, ce même homme qui avait été l'amant de sa mère dont elle était l'adjoint au maire. Une mère parfaite, parfaite épouse, parfaite mère d'élève, parfaite paroissienne. Mais ça c'est la partie jour. La partie ombre, c'est une femme avide de pouvoir, de jouissance, de sévices sexuels. Drôle de famille, où le père refuse de voir, de savoir, soutient jusqu'au bout son épouse, même si pour cela, il faut détruire psychologiquement ses deux garçons. Le scandale éclate, les humiliations au collège et au lycée, les tags sur la maison, les journalistes, et surtout l'impunité que donne souvent le pouvoir, les relations au sein d'un milieu politique.

On retrouve dans ce roman, un peu de cette haine d'un milieu familial étriqué, qu'il y avait déjà dans son précédent livre Les lisières, que je préfère d'ailleurs, on y retrouve aussi les combats d'Olivier Adam pour les oubliés de la société, les moins intégrés, ceux dont on peut facilement abuser quand on possède le pouvoir de l'argent, le pouvoir tout court. C'est aussi une analyse assez acérée des relations mère-fils.

bref, j'ai aimé, même si je trouve que dans ce nouveau roman, Olivier Adam explore de nouveau des terrains connus: la solitude, les difficultés familiales, les inégalités sociales, les paysages bretons, la banlieue.

Posté par Emma_MA à 09:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 7 avril 2016

Mood indigo

 

Des ans, réparer l'outrage....

 

plaid-b

plaid-d

Je ne me lasse pas de mes expériences indigotesque, cette fois-ci, c'est un plaid ancien qui est passé ans la cuve!

Posté par Emma_MA à 11:52 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

mardi 5 avril 2016

Le livre du thé

index1

Un petit bijou ce livre! Ce n'est pas un guide pour amateurs de thé (moi-même je suis plus adepte du café que du thé mais je raffole des rituels autour du thé) mais plutôt une réflexion philosophique sur l'importance de la cérémonie du thé dans la pensée asiatique. Plus que la dégustation d'une boisson, il s'agit vraiment de considérer le thé comme un art de vivre, un art de penser, un art d'être en harmonie avec soi-même et avec les autres.

Il est question dans ce livre, écrit au début du XX°, de respect, de pureté, de sérénité, de recherche toujours plus poussée du beau et de l'esthétique que l'on peut et doit apporter à la moindre petite chose du quotidien. A sa lecture, on est surprise par une évocation sonore, on entend les notes d'un carillon suspendu, le léger bruit d'une fontaine, le glissement d'un petit balai de paille sur les dalles du jardin minuscule qui précède l'entrée dans la chambre du thé.

C'est un voyage pédagogique et philosophique, mais à la lecture aisée, entre taoisme, hindouisme et bouddhsme, on voyage entre Chine ancenne, Japon et Inde.


La voie du thé, c'est l'essence même du zen, celui qui nous apprend que la grandeur et l'harmonie résident dans les plus menus faits de la vie.

J'aime vraiment beaucoup!

Posté par Emma_MA à 09:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

lundi 21 mars 2016

Il y a plus d'un an, j'ai eu envie de m'initier au yoga, seule chez moi, il n'y avait pas de cours près de chez moi, j'ai donc commencé devant mon ordinateur, grâce à des vidéos en ligne. Et puis, ce fut comme un tourbillon, devant les bienfaits que m'a apporté cette pratique, physiques et psychiques, j'ai voulu élargir mon horizon, j'ai découvert la méditation, puis petit à petit, j'ai eu envie de suivre un nouveau chemin, vers une vie smplifiée, et surtout et avant tout vers une meilleure connaissance de moi. J'étais arrivée au bout de ce que je pouvais apprendre seule, donc depuis quelques mois, je prends des cours de yoga dans un centre, et là, je découvre la véritable essence du yoga, des différentes sortes de yoga et de la méditation dirigée ou pas. Bref, j'ai envie de partager cette expérience avec vous, mais pas sur ce blog, il y a déja beaucoup de rubriques et j'ai eu peur d'aboutir à un total foutraque en en rajoutant une, aussi, j'ai crée un nouveau blog sur lequel vous pouvez me rejoindre si mon parcours résonne en vous, si vous le partagez ou avez envie de vous intéresser au yoga:

LA VOIE DU YOGA, ICI ET MAINTENANT

 

d690d82701ce99d87023a510b6766425

 

Posté par Emma_MA à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


mercredi 16 mars 2016

Blue mood

Je ne m'en lasse pas, c'est une telle surprise à chaque fois, étonnante et agréable, de regarder l'oxydation à l'air se faire, le vert anis passer au bleu clair ou foncé selon les bains...

 

1898042_10208879804733287_8819224582032542681_n

 

Dentelles teintes à l'indigo en cours de démêlage (sans douleur!)

 

 

Posté par Emma_MA à 14:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

mardi 23 février 2016

Saisir le moindre petit rayon de soleil, et s'il y en a pas, on ensoleille la maison tout de même!

**Drap en chanvre teint**

IMGP3759

cha-e

cha-a

Posté par Emma_MA à 10:49 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

samedi 20 février 2016

Des livres et moi

product_9782070145959_195x320

Si vous aimez les romans nordiques (ce n'est pas un thriller) je vous conseille vivement celui-ci, je suis complètement sous le charme de l'écriture de l'auteur, une écriture trés oppressante et parfois glaçante comme on imagine le climat et la vie en Islande où se déroule cette saga familiale.

Les pages ne comportent presque pas de points de ponctuation, les phrases sont trés longues et on est un peu en manque d'oxygène, on étouffe comme les personnages de ce roman étouffent dans les communautés restreintes de cette île. C'est une histoire à deux voix, Ari et son ami, il faut s'habituer au changement de narrateur, mais ensuite la musique du livre devient fluide.
Superbe et grandiose comme les paysages qui servent de décor à cette histoire.

Ari, le personnage principal, reçoit un jour, de son père sur le point de mourir, un colis avec une photo de famille et un diplôme récompensant son grand-père, pêcheur. Aprés une dispute conjugale et des années de mariage balayés d'un revers de bras sur la table du petite déjeuner, Ari va se sentir pousser à quitter le Danemark où il vit pour revenir en Islande, sa terre natale, percer les secrets de sa famille. A travers trois générations d'hommes et de femmes, on va explorer un siècle de l'histoire de l'Islande, que la suppression des quotas de pêche a plongé dans la misère.

Magnifique!

 

51EDBMCf-7L" Nous voulons ce que vous avez"

Au début, lorsque les habitants de cette petite rue de Londres, Pepys Road, reçoivent une carte avec cette phrase, ils n'y font pas attention, mais lorsque les envois se font plus pressants et que des cadavres d'oiseaux remplacent les cartes, il y a matière à s'inquiéter.

Dans ce roman, on découvre le quotidien des habitants de cette rue, dont les destins s'entrecroisent. Il y a le trader de la City marié à une shopping addict, un jeune footballeur talentueux tout juste débarqué du Sénégal, une vieille dame solitaire, la contractuelle sans papiers qui veillent sur le stationnement de la rue... Ils se croisent sans se connaître, et tous, vont voir leur vie transformée à la suite d'un évènement.

C'est une excellente comédie sociale, et pour moi qui raffole des romans et des écrivains britanniques, celui-ci ne pouvait que m'enchanter. A lire!

 

 

 

9782021054217On change complètement de style de lecture, mais je tiens à vous parler ce philosophe, Alexandre Jollien, dont les écrits me tiennent particulièrement à coeur.

A moins d'habiter sur la planète Mars, vous n'avez pas pu louper la campagne de promo du livre écrit par les trois amis, Matthieu Ricard, moine bouddhiste, Christophe André, psychiatre, et donc Alexandre Jollien, philosophe. Je n'ai pas lu ce livre, un peu lassée par la promo trés présente, à la radio, à la télé, sur Internet qui a fait que j'ai eu le sentiment de tout savoir sur le contenu du livre sans l'avoir lu. Si Matthieu Ricard me laisse un peu froide, je le trouve à la fois déconnecté de notre réalité et de notre monde actuel (mais pas tant quand même, il a quand même tout compris à l'interêt de la promo pour la vente d'un livre, même si bien sûr ses droits d'auteur reviennent à son monastère et ses diverses fondations), je vous conseille vivement les livres ou les CD de Christophe André dont je vous parlerai bientôt. Si vous êtes adepte de méditation (comme moi, je fais mon coming out, les bienfaits en sont étonnants), vous trouverez sur YouTube, ses vidéos qui peuvent être d'une réelle aide pour s'initier ou pratiquer.

Et puis il y a Alexandre Jollien, mon préféré, l'auteur de ce livre, mi journal-mi livre de philosophie. J'ai choisi ce livre ci, mais tous ses livres sont également passionnants et enrichissants. Alexandre Jollien, c'est un rescapé de la vie. Né avec un grave handicap, il a été placé en institut trés tôt jusqu'à ses 20 ans, et sa vie n'est qu'une long parcours de souffrances physiques. Malgré cela, son parcours de vie, sa pensée, ses écrits ne sont qu'une formidable source d'optimisme. Bouddhiste et chrétien, il nous explique comment parfois il faut descendre au fond du fond pour trouver sa voie, la paix et un amour indéfectible pour son prochain. Dans ce livre, il nous raconte sa recherche de spiritualité qui l'a poussé à quitter la France pour partir s'installer avec sa femme et ses trois enfants en Corée du Sud, pour y suivre un enseignement bouddhiste. Pas facile, surtout quand on ne maîtrise ni la langue, ni un corps défaillant, mais malgré cela il nous livre une invitation à prendre soin de nous, de notre esprit, de notre corps, de nos proches pour connaître la véritable joie et sérénité de l'esprit. Il nous montre aussi, à travers les difficultés et les péripéties qu'il va rencontrer, que la vérité est au fond de nous. Ses écrits sont été, une révélation pour moi, d'une certaine façon, en m'incitant à passer outre mes lamentations, souvent si futiles.

Passionnant!

Posté par Emma_MA à 11:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 18 février 2016

Indigo...

 

Longtemps désirée, enfin testée et j'en suis tombée complètement amoureuse, la teinture à l'indigo.Compliquée à mettre en oeuvre, je comprends pourquoi cette teinture traditionnelle se fait plutôt à l'extérieur et la Normandie n'est pas une terre d'indigo, j'ai profité que nous sommes en plein travaux dans notre cuisine avec un changement prévu d'évier et des plans de travail, pour essayer. En fait la vaie difficulté consiste à trouver la poudre de feuilles d'indigo puis les réactifs nécessaire à la formation du pigment. Mais les efforts sont récompensés, il y a de la magie dans cette teinture!

indigo

IMGP3731

IMGP3732

IMGP3717

indigo-a

le bain de teinture à la cuve d'indigo, est bien vert anis, c'est ensuite au contact de l'air que l'oxydation se fait et donne cette belle couleur bleu, trés profonde et éclatante.

Aprés séchage et lavage, le résultat dépasse mes espérances, et j'aime vraiment beaucoup! J'ai testé plusieurs matières, chanvre ancien, broderie et toujours mon shiborin vraiment plus beau avec l'indigo.

 

chanvre-b

chanvre-c

chemin-a

chemin-c

shi-b

 

shi-a

shi-f

 

Pour en savoir plus:

- Dans l'hindouïsme, l'indigo est la couleur du sixième chakra, le chakra du "troisième oeil", ce chakra est la partie de nous qui a une compréhension innée des êtres et des choses. L'indigo est la couleur de l'intuition, de l'imaginaire. Source: Tout le Feng Shui de Vanessa Boren chez Aubanel

- Un article beaucoup plus complet sur la teinture à l'indigo sur ce site, Nippon.com

- Les petits bols japonais viennent de chez Akazuki, une boutique en ligne qui vend de la vaisselle en provenance du Japon. Les frais d'envoi sont un peu élevés, mais le service est impeccable et la vaisselle arrive parfaitement protégée et empaquetée. (petit tuyau entre nous, enregistrez-vous, passez votre commande mais ne validez pas votre panier, patientez un peu et vous obtiendrez un bon de réduc par mail de 15%)

 

 

 

Posté par Emma_MA à 13:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 4 février 2016

Shibori

Comme un rayon de soleil dans la maison...

shibori-b

shibori-a

 

 

Posté par Emma_MA à 08:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,