Esprit Campagne, un peu à l'ouest

vendredi 24 octobre 2014

Trois fois rien...

Oui, il m'a fallu tois fois rien, juste quelques petites étoiles de dentelle ancienne, et un bout de ficelle, pour fabriquer cette petite guirlande qui se réflète dans le miroir. Rien ne se jette, tout se transforme!

 

 

guirlande-b

guirlande-a

 

Bonne journée et bon week-end à tous!

 

Posté par Emma_MA à 09:14 - - Commentaires [15] - Permalien [#]


lundi 20 octobre 2014

DIY

 

Un ancien pied de piano dont j'ai aimé la patine noire un peu abîmée par les années, un quart d'heure de bricolage et une nouvelle lampe pour chasser les ombres du soir qui tombe un peu plus tôt chaque jour. En automne  et en hiver, on n'a jamais assez de lampes et de bougies chez soi!

 

lampe-a

lampe-d

lampe-c

 

 

Merci beaucoup pour tous vos gentils mots sur mes billets précédents, si vous avez besoin d'informations plus précises, n'hésitez pas à m'écrire, je serais ravie de vous renseigner!

 

Posté par Emma_MA à 13:12 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

mardi 14 octobre 2014

Le circuit Barnaby, ou The Midsomer murders road

On poursuit avec la visite de Henley-on-Thames, une petite ville sur les bords de Tamise, où dans la série se déroulent les courses d'avirons.

henley-i

henley-a

 

Les anglais n'ont pas le même rapport à la mort que nous, l'église et son petit cimetière tout autour sont en plein centre-ville et les tombes vont jusqu'aux portes des habitations. Les habitants traversent tranquillement le cimetière pour se rendre dans le centre,ou y promènent les chiens, comme s'il s'agissait d'un jardin public.

 

henley-b

henley-c

henley-d

henley-e

henley-j

henley-f

henley-g

henley-h

 

Et on reprend la route...

 

 

 

 

Posté par Emma_MA à 08:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

lundi 13 octobre 2014

Le circuit Barnaby, ou The Midsomer murders road

Dans la série, les épisodes se déroulent dans des villages fictifs, il n'existe pas de Causton ou Midsomer. Causton est donc en fait, Thame, une petite ville que nous avons pris comme point central de notre circuit.

Pour être totalement dans l'ambiance Barnaby, il nous fallait un B&B en accord, nous avons choisi The Scotsgrove House. L'allée d'arbres qui nous amène à la porte d'entrée, la porte trés lourde, les portraits des ancêtres plutôt rébarbatifs, les trophées de chasse et le vieux parquet qui grince...tout y est ! Mais ce n'est qu'une façade, l'accueil des propriétaires est incroyablement chaleureux et ce sont les plus attentifs des hôtes. La décoration est trés cosy, un peu désuète comme l'est souvent celle des  maisons de campagne anglaise mais on s'y sent bien, les chambres sont confortables et recèlent tout un tas de petites attentions: produits de toilette, bouilloire et lait frais, chocolat, thés, tisanes etc...  L'english breakfast est à choix multiples mais vous pouvez préférer porridge, toasts et croissants ...  C'est aussi une adresse à conserver si vous souhaitez visiter Londres sans y passer la nuit, du manoir, la gare n'est qu'à 5 mn et Londres à 40 mn en train. Lizzie et Georges, les hôtes, vous proposent même de vous accompagner à la gare et de venir vous rechercher.

 

 

scotsgrove-a

scotsgrove-b

scotsgrove-c

scotsgrove-d

scotsgrove-i

scotsgrove-e

scotsgrove-f

scotsgrove-g

scotsgrove-h

 

La prochaine étape, c'est Old Amersham (attention à ne pas confondre avec Amersham simplement). Nous avons reconnu l'église et le cimetière ainsi que la rue principale que l'on voit dans de nombreux épisodes. A voir aussi, les nombreuses boutiques!

 

amersham-e

amersham-a

amersham-b

amersham-c

amersham-d

 

VOYAGE ANGLETERRE-SEPT2014

 

Une bonne adresse pour le repas, Gilbey's, dans la rue principale, vraiment excellent et c'est un endroit qui met à bas tous les clichés sur la cuisine anglaise. La tarte au citron avec un dessus caramélisé façon crème brûlée est à tomber!

 

 

gilbeys-a

gilbeys-b

gilbeys-c

gilbeys-d

gilbeys-e

 

 

 

mercredi 8 octobre 2014

Des livres

petitefoule Oui, je sais, vous êtes nombreux à être allergique au style Angot, et souvent, ses romans déclenchent un torrent de réactions à chaque parution. Si vous n'avez jamais lu un de ses livres, celui-ci est parfait pour découvrir cet auteur. Il est en effet trés différent des précédents, tant dans l'histoire que dans le style. Christine Angot a peut-être eu peur de lasser ses lecteurs ou alors elle est enfin venue à bout de ses démons ou du moins les a muselé le temps d'un roman, dans ce livre, elle change radicalement de genre et s'intéresse davantage aux autres qu'à elle, même si, quand même, il m'a semblé qu'on retrouve un peu d'elle dans certains des personnages décrits. La trame du livre, c'est une galerie de portraits, des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux, des parisiens, des provinciaux, une ouvrière, un avocat. Aucun lien entre eux, aucun fil conducteur, quelques lignes pour l'un, quelques pages pour l'autre. Certains nous émeuvent, d'autres nous énervent. C'est un peu comme lors d'un voyage en train, en bus, on essaie d'imaginer la vie des gens qu'on croise. Ce n'est pas mon livre préféré de Christine Angot, mais il se lit facilement, et permet une approche assez différente pour ceux qui souhaitent découvrir Christine Angot.

 

laconditionpavillonnaireUn roman dont le personnage principal est une femme née dans les années 60, une sorte d'Emma Bovary de lotissement et qui s'appelle MA, je ne pouvais pas passer à côté, forcément!

Voici un roman que je vous recommande fortement, je l'ai dévoré, je pense qu'il sera d'une résonnance particulière pour beaucoup d'entre nous. Il s'agit d'un parcours de vie, celui de MA, de sa naissance à sa mort, pas un destin particulier, non, une vie complètement ordinaire, cela pourrait être moi, vous, une amie, votre soeur, votre mère. MA a une vie tout ce qu'il y a de plus simple, plutôt heureuse, elle se marie avec un garçon trés bien, accède à la propriété dans un lotissement pour jeune cadre dynamique, a de beaux enfants, travaille. Pourtant, elle nous la joue Emma Bovary, se traîne une insatisfaction chronique, sur laquelle elle-même n'arrive pas à mettre un nom ou une raison. Pour vivre plus intensément, elle prendra un amant, écoutera de l'opéra, sera bénévole dans des associations humanitaires, aura des bonnes copines...mais rien ne viendra à bout d'une tristesse diffuse, magnifiquement décrite par l'auteur, au travers d'un quotidien parfaitement banal et routinier.

A découvrir absolument!

Posté par Emma_MA à 09:53 - - Commentaires [5] - Permalien [#]



L'Angleterre, partie 3, la route Barnaby

Je suis une vraie fan de cette série anglaise, Barnaby, (en anglais Midsomer Murders), tant pour les cottages et jardins que l'on peut y voir, que pour les intrigues où toujours, les plus jolis minois cachent de véritables monstres.

A travers notre périple, nous avons donc voulu retrouver des lieux ou bâtiments où ont été tournés les épisodes de la série. Ceux-ci se concentrent sur une région, the Chilterns, située entre Londres et Oxford, dans plusieurs villages. Nous nous sommes aidés de ces documents pour établir le road-trip, et nous avons pu visiter un certain nombre d'entre eux.

Les villages sont superbes mais les routes qui y mènent le sont tout autant, et nous mettent dans l'ambiance de la série.

Little Messiden est le cadre du tout premier épisode.

littlem-d

littlem-a

littlem-b

littlem-c

 

Cuddington, dont on aperçoit le pub dans de nombreux épisodes, ainsi que l'église et le cimetière.

 

cuddington-d

cuddington-b

cuddington-c

cuddington-g

cuddington-f

cuddington-l

cuddington-i

cuddington-j

cuddington-k

 

Je vous recommande le pub, The Crown, excellent avec un service charmant, attention, il est fermé le dimanche soir.

 

cuddington-e

cuddington-m

mardi 7 octobre 2014

The Costwolds, part 2...

cots-x

cots-t

cots-u

cots-v

 

Jolie suprise, que ces champs de lavande en fin de floraison au sommet d'une colline qui domine la vallée des Cotswolds, et le village de Broadway. De jolies boutiques, les anglais sont les champions des boutiques déco pour la maison et surtout  la cuisine, des salons de thé et un hôtel de luxe, Broadway est plus fréquenté que les autre villages mais tout aussi typique avec son espace vert en plein centre.

 

 

 

broad-e

broad-a

broad-b

broad-c

broad-d

broad-j

broad-f

broad-g

broad-h

broad-i

broad-l

 

broad-j

broad-k

 

ADRESSES:

Pour dormir, nous avons choisi ce B&B, The Wheatleys Farm, à Ashton Keynes, à quelques kms de Cirencester.

 

ashtk-b

ashtk-c

ashtk-d

ashtk-e

ashtonk-a

 

Pour le dîner, je vous conseille le pub du village, trés animé en fin de semaine, le White Hart Inn.

C'est un vrai pub comme on l'imagine, le coeur du village, où les habitants du coin se retrouvent pour boire un verre. Trés chaleureux et trés bruyant!

 

Le hamburger maison est trés souvent à la carte des menus des pubs (ce qui permet de limiter les risques lorsqu'on ne comprend pas tout au menu!), avec d'autres plats typiques comme les fish and chips ou les pies (sorte de tourte à la viande ou légumes).

 

ashtk-h

ashtk-f

 

 

Toujours sur la Romantic Road, nous nous sommes arrêtés à Wyncote ( aprés Cheltenham, une petite ville  que nous avons laissé de côté préférant nous consacrer aux villages plutôt) pour le déjeuner, village tout en longueur autour de la rue centrale, de quoi faire du shopping si vous le souhaitez, quelques magasins d'antiquités, de décoration, les carteries incroyables. Nous avons déjeuné au Lion Inn, une bonne adresse, les desserts sont à tomber notamment leur brownie. S'il fait beau, préférez la terrasse à la salle de restaurant.

 

IMGP1304

IMGP1306

IMGP1307

IMGP1308

 

 

 

Posté par Emma_MA à 08:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

lundi 6 octobre 2014

On the road again... en Angleterre, part one!

Nouveau séjour en Angleterre, avec cette fois-ci au programme, deux circuits qui nous ont fait découvrir la campagne anglaise. Nous avons parcouru tout d'abord The Cotswolds, une magnifique région située à l'ouest d'Oxford. Un véritable paysage de carte postale,  une succession de petit villages aux maisons couleur miel et d'une grande unité, rien ne dépare, pas de magasins ou de panneaux publicitaires, c'est tout simplement somptueux pour qui aime la campagne, les jardins, les belles demeures anglaises, bref nous avons adoré. Nous avons suivi The romantic road, sur deux jours, une toute petite route qui serpente entre les collines et la forêt, ponctuée de petites églises, de villages, de troupeaux tranquilles. On se perd souvent, la signalisation britannique étant assez fantaisiste et les panneaux bien souvent couverts par la végétation, mais ce n'est pas grave, c'est ainsi qu'on fait les plus jolies découvertes, comme ce champ de lavandes au sommet d'une colline.

 

cots

cots-d

cots-a

cots-b

cots-c

cots-j

cots-f

cots-g

cots-h

cots-j

cots-i

 

Les jolis villages se succédent sur la route des Cotswolds comme autant de perles sur un collier, ils sont tous plus beaux les uns que les autres, même si on a un peu de mal à imaginer qu'on est bien dans la réalité et non dans un décor de cinéma. On y croise des habitants, qui se promènent à pied ou à cheval, qui flânent avec leur chien ou jardinent, tout n'est que luxe, calme et volupté. Pas de paraboles, pas de magasins ou de stations service, pas de désordre apparent ou de maison en mauvais état.

Notre préféré, Stanton:

 

stant-e

stant-a

stant-b

stant-c

stant-d

stant-i

stant-e

stant-f

stant-g

stant-h

 

stant-o

stant-k

stant-l

stant-m

stant-n

stant-t

stant-p

stant-q

stant-s

stant-v

stant-u

 

stant-w

 

 

 

Pour le road-book: nous avons pris le ferry Dieppe-Newhaven, puis remonter vers les Cotswolds en passant par Salisbury, Stonehenge (assez décevant). Nous avons choisi un BandB prés de Cirencester dans le bas de la Romantic Road, ce qui nous a permis de faire les deux boucles du circuit en deux jours. Je ferai un billet spécial bonnes adresses.

 

 

 

 

Posté par Emma_MA à 11:24 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

mardi 16 septembre 2014

Work in progress...

Au gré de mes trouvailles, j'accumule quelques petits objets de mercerie, et plutôt que de les laisser dormir dans mes tiroirs, je les regroupe dans un tiroir d'imprimeur, dont les cases vides  se rempliront au fil du temps...

 

tiroir-a

 

tiroir-e

 

tiroir-b

 

tiroir-c

 

tiroir-d

Posté par Emma_MA à 10:55 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

lundi 15 septembre 2014

Peine Perdue, d'Olivier Adam

Je me réjouis à chaque nouveau livre d'Olivier Adam, certaine qu'il ne me décevra pas, c'est sans aucun doute l'un de mes auteurs français préféré. Ce roman ne déroge pas à la règle, il est pourtant assez différent des précédents, plus dans la forme que dans le fond. C'est souvent l'endroit où il situe son roman qui donne la tonalité de celui-ci, cette fois Olivier Adam a choisi d'écrire sur la Côte d'Azur, et donc ( oui, je sais, ça fait un peu cliché c'est l'unique reproche que je ferai à ce livre ) on va parler foot, pratiques magouilleuses voire maffieuses, bétonnisation à tous crins, chômage et illusions perdues. Ce sont là quand même des thèmes récurrents chez O. Adam, mais la misère n'est pas moins pénible au soleil.  Dans ce roman, on ne retrouve pas vraiment l'auteur lui-même (comme par exemple dans Les Lisières le précédent où il nombrilisait quand même à mort), mais il a choisi de donner la parole à une vingtaine de personnages, tous protagonistes de l'histoire, un chapitre par personnage. Olivier Adam écrit sur ceux qu'on n'entend jamais, sur les sans-dents pour reprendre une expression en vogue, ceux qui sont paumés dans leur vie et qui n'ont aucun espoir de s'en sortir. Il y a le footballeur qui aurait pu être trés bon mais qui est passé à côté de ses rêves, le vieux couple qui veut en finir ensemble avant d'être séparés par la maladie, l'ado en rupture de famille, une gamine devenue mère trop tôt, la travailleuse sociale qui tente d'aider les autres pour essayer d'oublier sa solitude et bien d'autres.... Peine perdue, cela signifie peut-être que pour certains, ils auront beau faire ce qu'ils peuvent, il est difficile d'échapper à son milieu social, à ce à quoi la société nous destine si on n'est pas né au bon endroit, dans les bons quartiers. Dans ce roman qui se déroule entre Marseille et Nice, une petite station balnéeaire qui ne vit que pour les touristes, on est loin du bleu, du soleil, de la plage et des gens heureux... On est en pleine tempête, il fait gris, moche et finalement tout échoue ou s'échoue sur ces plages rien moins que paradisiaques... Pas gai, Olivier Adam, c'est vrai, son truc à lui, ce sont les ratés, les ratés de la vie, les ratés tout court, mais c'est sans doute le meilleur écrivain pour dépendre le mal-être, le spleen, la désillusion. Son style d'écriture vous embarque, vous va droit au plexus, vous agace aussi parfois par sa noirceur ou par certains clichés faciles, mais on ne lâche pas le livre. A lire!

51ujfdFafoL

Posté par Emma_MA à 15:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]



Fin »