blancheetincelleBlanche étincelle, de Lucien Suel

Ce livre est un petit bijou! Il m'a été envoyé dans le cadre de l'opération Masse Critique du site Babélio.  Ce n'est pour ça que je vais en dire le plus grand bien, mais juste pour préciser que sans cela, je ne suis pas sûre que je l'aurais lu, le sujet ne faisant pas partie a priori de mes préférences. Et donc j'aurais eu tort, comme quoi parfois il faut passer outre ses réticences pour trouver de véritables pépites.

Mauricette, une vieille dame dont on ne connait pas exactement l'âge, a choisi de s'installer dans un petit village du Nord. D'elle, on sait peu de choses, des détails qu'elle va révèler au compte-gouttes tout au long de ce roman, les autres l'intéressent plus qu'elle-même, écrit sous la forme d'un journal quotidien. C'est une ancienne instit, elle a été mariée mais n'a pas eu d'enfant, sans doute l'explication en est dans un passé particulièrement lourd. Elle vit avec son chat dans une petite maison avec jardin, au rythme des saisons, en observant la nature et les oiseaux, sa voisine aussi, qui voudrait l'entraîner avec elle au club de tricot local. Mais Mauricette, son truc à elle, ce n'est pas le tricot. Mais plutôt les livres et la musique. Sa solitude, bien que peuplée de multiples compagnons que sont ses auteurs ou poétes préférés, est parfois un peu pesante. Un jour, dans une librairie, elle fait la connaissance de Blanche, une jeune femme. Une réélle amitié va naître entre ses deux femmes. Elles ont en commun un passé difficile qui leur pèse souvent, mais surtout l'amour des livres et des arts. Mauricette va retrouver la chaleur d'une famille, Blanche et les siens l'affection d'une grand-mère d'adoption, celle qui fait réviser les leçons, fait sauter les crêpes et applaudit, admirative, aux exploits en skate du petit dernier. C'est aussi une belle histoire de partage et d'échange autour de passions, de transmission aussi entre cette vieille dame et ces jeunes enfants. Le plaisir aussi de partager avec une amie l'émotion que donne la lecture d'un livre, l'écoute d'une symphonie ou la visite d'un musée. Dans son journal, elle note son quotidien, la confection d'un repas, la plantation des graines du potager, une araignée que guette le chat, les oiseaux dans le jardin. Mais aussi les personnes qui l'entourent, mais son regard est toujours amical, jamais jugeant.

Juste deux extraits que je voudrais vous donner à lire pour vous inciter à découvrir ce trés beau livre qui se lit d'une traite:

Les gens peuvent se tuer en voiture, ou se noyer. On peut souffrir beaucoup et longtemps, mais le bonheur aussi a son chemin propre. Il a une place dans le monde. Le bonheur me prend par surprise.

 

Je sors dans le jardin. Au sud-ouest, un énorme soleil jaune brille à travers les branches des peupliers. Un couple de tourterelles turques marchent dans l'allée. Je pose mon panier, essuie le fil avec un chiffon. Première fois de l'année que j'accroche le linge dehors. Mouchoirs, serviettes et torchons, carrés de couleur Mondrianse balançant au-dessus de la terre noire. Un vent léger gonfle les manches de mes chemisiers. Je suis en paix.

 

A découvrir absolument!